Ejército Nacional recupera en Putumayo 12.000 galones de crudo y 3.000 de condensado

Des troupes du Bataillon d'Infanterie N.25, ont pu démanteler un laboratoire de raffineries illégales qui produisaient 500 000 000 millions de pesos par mois.

 

Dans des opérations militaires, encadrées dans l'opération Artemisa, pour la protection de l'eau, de la biodiversité et des ressources naturelles, les soldats de la vingt-septième Brigade, unité rattachée à la sixième Division de l'Armée nationale, dans un travail coordonné avec le CTI (Corps Technique d’Investigations) du Bureau du Procureur général, ont pu détruire trois raffineries rudimentaires utilisées pour le stockage illégal de pétrole.

 

Ce laboratoire était à San Pablo, dans la municipalité de Villagarzón, en Putumayo. Une valve illégale a été clôturée avec l’intervention d’équipes de travail de la société Gran Tierra Energy, et, de même, Corpoamazonia a fait une évaluation des dommages environnementaux qui auraient causé les membres du groupe armé organisé résiduel, GAO-r, Structure 1, qui ont des interférences dans ce zone du département.

 

Dans cette opération contre les activités illicites et pour la protection de l'environnement, trois « Martiens » d'une capacité de 5 000 gallons de pétrole ont été trouvés, deux piscines d'une capacité de stockage de 15 000 gallons, 250 mètres de tube galvanisé pour la distillation du pétrole, 3 000 mètres de tuyau en plastique et six tonneaux  d'une capacité de 1 000 litres.

 

De même, environ 11 800 gallons de pétrole et 2 650 gallons de pétrole concentré ont été récupérés. Ainsi, on cause des pertes directement au groupe criminel dans environ 500 millions de pesos, en détruisant toutes les machines avec lesquelles le carburant était traité, ce qui signifie sauver le ruisseau D'Oroyaco, un affluent d'eau qui a reçu des sédiments quotidiens et des solides en suspension sans aucun contrôle, en plus de la marée noire constante. Ce ruisseau ne peut pas être utilisé par les habitants du secteur, en raison de la pollution.

 

Ce résultat réduit l'impact environnemental sur 6 hectares de la zone où se trouvait cette unité d'exploitation du combustible, dont la récupération pour dommages environnementaux prendra environ cinq ans.

 

Source: Agence Nationale De Presse De L'Armée

0 Commentaires
Friday, September 4, 2020 By merybra