cocgfm-afectaciones-minas-antipersonal.jpg

Afin de rendre visible l'un des actes les plus durs parmi les membres de l'institution dans le contexte de l’affrontement armé, Le Général Nicacio de Jesús Martínez Espinel, commandant de l'Armée nationale, le Département Juridique intégral; la septième Division de l'Armée nationale et L'Université de Medellín se sont réunis à la maison de la vérité D'Antioquia et l'axe du café à présentation du rapport « Lumières pour la vérité: effets des mines antipersonnel sur la vie des victimes militaires. Une approche de l'utilisation systématique des champs de mines par les Farc en El paramillo et ses environs (2004 2012). »

Entre 2002 et 2016, dans les départements D'Antioquia, Córdoba et Chocó, 1 297 militaires ont été victimes de mines; le plus grand nombre de cas s'est produit à El Paramillo et dans l'est d'Antioquia. Sur ce nombre, 1 127 ont été blessés et 170 tués pour les dommages causés par ces engins explosifs. 

Les années au cours desquelles le nombre de victimes a été le plus élevé dans le Paramillo ont été: 2004 (31 cas), 2008 (51 cas), 2009 (30 cas), 2010 (41 cas) et 2011 (55 cas), ce qui porte le nombre total de victimes à 231. Les municipalités qui ont concentré ces effets sont: Tierra alta, Montelíbano, Puerto Libertador et San José de Uré, du côté de Córdoba; Tarazá, Ituango, Valdivia, Dabeiba, Toledo et Briceño à Antioquia.

Ce rapport est le premier d'une série de 32 contributions, est le résultat du projet d’investigations "lumières pour la vérité: violations des droits de l'homme et violations du droit international humanitaire contre les militaires et leurs familles", et sera remis au groupe de clarification de la vérité, afin de contribuer au fonctionnement du système intégral de vérité, Justice, Réparation et non-répétition, qui devra présenter le rapport final qui vise à expliquer la complexité du conflit armé, en plus de promouvoir la reconnaissance des victimes et de contribuer à la non-répétition. 

 La remise de ce premier document académique a compté sur la présence du Général de brigade Juan Carlos Ramirez Trujillo, commandant de la septième Division, certaines des victimes des mines antipersonnel qui ont fait partie de la construction du rapport, y compris l'équipe de volleyball Assis D'Antioquia, ainsi que des représentants du Bureau du maire de Medellín, des organisations des droits de l'homme et de la Maison-Musée de la mémoire à Medellín. 

 

Source: Armée Nationale 

0 Commentaires
Tuesday, October 22, 2019 by johncampos